Charentonneau

Les manifestations des associations du quartier de Charentonneau

Les voies maisonnaises parues durant le 1er trimestre 2018 31 mars 2018

Filed under: Histoire locale — cgma @ 10:00
Tags:

Les voies parues durant le 1er trimestre 2018

Dico Voie MA (28)

Paru le Lien
05/01/2018 Dénominations officielles des voies 1
10/01/2018 Voies Maisonnaises : anciennes voies – concordance 2
10/01/2018 Les voies Maisonnaises en 1891 et 2018 3
20/02/2018 Voies Maisonnaises : rue Louise Lesieur 4
22/02/2018 Voies Maisonnaises : rue Delaporte 5
25/02/2018 Voies Maisonnaises : rue Suchet 6
11/03/2018 Voies Maisonnaises : rue Cécile 7
12/03/2018 Voies Maisonnaises : rue des Sapins 8
12/03/2018 Voies Maisonnaises : les militaires 9
14/03/2018 Voies Maisonnaises : rue Delalain 10
15/03/2018 Voies Maisonnaises : Place Delalain 11
16/03/2018 Voies Maisonnaises : rue d’Aix 12
17/03/2018 Voies Maisonnaises : allée Buffon 13
18/03/2018 Voies Maisonnaises : avenue Foch 14
19/03/2018 Voies Maisonnaises : rue Gabriel Péri 15
20/03/2018 Voies Maisonnaises : avenue Gambetta 16
21/03/2018 Voies Maisonnaises : rue Gambetta 17
21/03/2018 Voies Maisonnaises : Avenue de la République 18
22/03/2018 Voies Maisonnaises : Avenue du Général Leclerc 19
23/03/2018 Voies Maisonnaises : Avenue Georges Clémenceau 20
24/03/2018 Voies Maisonnaises : rue de Lorraine 21
25/03/2018 Voies Maisonnaises : rue Delattre de Tassigny 22
26/03/2018 Voies Maisonnaises : rue Parmentier 23
27/03/2018 Voies Maisonnaises : rue Naville 24
28/03/2018 Voies Maisonnaises : rue Desroys du Roure 25
29/03/2018 Voies Maisonnaises : impasse Ricois 26
30/03/2018 Voies Maisonnaises : rue Victor Basch 27
31/03/2018 Voies Maisonnaises : place Victor Basch 28
Publicités
 

Sortie du livre « A la découverte de l’église Sainte Agnès d’Alfort » — Association des Amis de Sainte-Agnès d’Alfort A.A.S.A.A. 24 mars 2018

A l’occasion de la sortie du livre « A la découverte de l’église Sainte Agnès d’Alfort », l’Association des Amis de Sainte-Agnès d’Alfort a le plaisir de vous convier à la rencontre de l’auteur Claude GOURE SAMEDI 24 MARS 2018 à partir de 15h00 A 16h00 : présentation de l’ouvrage par Jean-Paul Deremble suivie du Verre de […]

via Sortie du livre « A la découverte de l’église Sainte Agnès d’Alfort » — Association des Amis de Sainte-Agnès d’Alfort A.A.S.A.A.

 

13h15 le dimanche – Replay 4 mars 2018

Filed under: Histoire locale — cgma @ 14:00
Tags:

Dans le cadre de sa série documentaire « Après la guerre, ombre et lumière », liée au second conflit mondial, le magazine « 13h15 le dimanche«  (FacebookTwitter#13h15) raconte l’histoire de Ulrich, Christel, Rüdiger et Ewald. Avec leurs familles, ils quittent l’Allemagne dévastée en 1948, sans comprendre pourquoi…

Direction Vernon, un village de Normandie pour ces jeunes enfants d’ingénieurs et de techniciens de haut niveau qui avaient travaillé sur le premier missile balistique allemand V2 sous le IIIe Reich. Leurs parents sont en effet accueillis en France pour travailler sur la fusée Ariane.

https://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/13h15/13h15-du-dimanche-4-mars-2018_2628528.html


Cliquer


L’épisode sur Maisons-Alfort est situé après 9mn 30.


 

 

Témoignage sur le 1er V2 tombé à Maisons-Alfort le 8 septembre 1944

Filed under: Histoire locale,Information — cgma @ 13:30
Tags:

Suite à l’émission sur la 2 :

13h15 le dimanche

« 13h15 le dimanche ». Les enfants du Buschdorf

 

8 septembre 1944 – Un V2 sur Maisons-Alfort

Le premier V2 tombe sur Maisons-Alfort, rue des sapins, le 8 septembre 1944.

 

TÉMOIGNAGE :

J’étais ce 8 septembre 1944 devant la porte du café de mes parents au 159 rue de Créteil, il faisait beau, le livreur de glace de mes parents avait sur son dos le demi-pain de glace qu’il venait de couper dans son camion lorsque le sol a tremblé dans un énorme fracas, les vitres d’une fenêtre entrouverte du premier étage se sont brisées c’était chez Monsieur et Madame Lussigny, notre livreur dont le buste sous sa charge faisait un angle de 45° avec ses jambes a brusquement fait un angle de 90° en laissant tombé son bloc de glace, il restait protégé par son sac épais de jute J’ai eu l’impression qu’il avait voulu se plaquer sur le sol. Les vitres ont tremblé chez mes parents, mais l’obligation de revêtir toutes les glaces du café avec un quadrillage de papier genre kraft les a protégés.
Il n’y avait aucun doute c’était une bombe, elle donnait l’impression par sa violence qu’elle était tombée à deux pas de chez nous en raison du bruit et des vibrations. J’étais impassible, ahurie, calme, je ne comprenais pas ce qu’il se passait. C’est l’effroi des adultes qui me font percevoir le danger.
Le lendemain mes parents ont été visité le secteur sinistré, je me souviens de l’image d’un immeuble qui était debout, nous sommes montés dans les étages il y avait un vide que la petite fille que j’étais évalue à 10 cm entre le mur porteur et le plancher. Les adultes étaient pétrifiés, portant ils avaient l’habitude des bombardements surtout la nuit tout autour de Maisons-Alfort !
C’est à partir de cette époque que j’ai commencé à avoir peur des bombardements, du vacarme d’un avion que l’on abat juste au-dessus de moi par la DCA du fort. J’avais atteint l’âge de 7 ans, avant dans la nuit après les bombardements on sortait de nos caves et tandis que mes parents et les voisins se consultaient sur l’endroit des bombardements on jouait nous les enfants. Nous avions une petite récréation nocturne d’un quart d’heure !
Merci à Denise GAUDISSARD

Autres articles

8 septembre 1944 – Le premier V2 tombe à Maisons-Alfort


 

 

Stèle à la mémoire du capitaine Roland Deplanque 7 février 2018

Filed under: Histoire locale — cgma @ 13:30
Tags:

Sur le site du Musée de la Résistance

http://museedelaresistanceenligne.org/media5327-StA

Image result for rOland deplanque photos

Légende :

Stèle érigée à la mémoire du capitaine Roland Deplanque, du groupe Lissac-Deplanque de Maisons-Alfort, fusillé par les Allemands le 22 août 1944 à proximité du carrefour de la Croix de Villeroy.

Genre : Texte

Type : Extrait de revue

Source : © Société d’Art, Histoire et Archéologie de la vallée de l’Yerres et des environs Droits réservés

Détails techniques :

Page extraite de la revue de la Société d’Art, Histoire et Archéologie de la vallée de l’Yerres et des environs (SAHAVY), « Le Monmartel », n°36, décembre&

Lieu : France – Ile-de-France – Essonne – Tigery

 

Roland Léon DEPLANQUE (sur MGW)

Profession industriel – Responsable du groupe Lissac Deplanque rattaché à l’Armée Volontaire (6ème bataillon Seine Sud), remplace le commandant LISSAC suite à son arrestation le 7/06/1944 – Arrêté le 21/08/1944 avec deux autres membres du groupe, libérés faute de preuves – Fusillé à la pyramide de Brunoy, au carrefour de la Croix de Villeroy dans la forêt de Sénart – Mention MPF dans la transcription de décès le 29/03/1945 – Fils de Léon Octave, sans profession, domicilié à Alfortville (94) et de JACOBY Mathilde, décédée – Domicile 102, rue Jean-Jaurès à Maisons-Alfort (94) – Marié à JAOUEN Renée. – Pas de fiche MdH – Pas de fiche SdG – Une rue à Tigery et à Maisons-Alfort honorent son souvenir – Croix de guerre –

Inhumé dans le cimetière de Maisons-Alfort


Sur MemorialGenWeb

DEPLANQUE Roland Léon

Capitaine – Résistance
F.F.I.
+ 22/08/1944 Tigery 91
1939-1945 94 – Maisons-Alfort – Plaques Commémoratives 1939-1945 de l’église Saint-Remi
94 – Maisons-Alfort – Signalés comme résistants dans MDH, Transcritions de décès,autres
94 – Maisons-Alfort – 15 Fusillés Maisonnais – sources diverses MdH (Mémoire des Hommes) et MGW (MemorialGenWeb) et archives communales
94 – Fontenay-sous-Bois – Monument commémoratif parc de l’hôtel de ville

 

 

Maquette du parvis de la gare de Maisons-Alfort 1 février 2018

Filed under: Histoire locale,Information — cgma @ 11:00
Tags:

Cliquer

 

 

31 janvier 1808 – Baron Rodier Salièges – CHARENTONNEAU 31 janvier 2018

Filed under: Histoire locale — cgma @ 19:30
Tags: ,

1808 – Domaine de Charentonneau

Le baron Rodier Salièges devint acquéreur du domaine de Charentonneau le 31 janvier 1808. Il fut arrondi à diverses reprises, jusqu’à devenir plus étendu qu’il ne l’avait jamais été. Afin de faire disparaître les dernières enclaves, son possesseur acquit en 1810 deux pièces de terre sises à l’entrée de l’avenue en bordure de la route, de sorte que les clôtures, murs et haies, établies quelques années après, enfermèrent près de 200 hectares d’un seul tenant.

A la mort de M. Rodier, ses héritiers, MM. Pelet de la Lozère, Ravault et Rodier, le firent vendre sur licitation. M. Grimoult en acquit la plus grande partie, notamment celle close, le 17 août 1833 ; il a appartenu depuis à ses descendants, la famille Jouët-Pastré.

D’après – Amédée Chenal Maire de Maisons-Alfort

 

 
%d blogueurs aiment cette page :