Charentonneau

Les manifestations des associations du quartier de Charentonneau

2018-02-17 Crue, la stabilité ! 17 février 2018

Samedi 17 février 2018


Vendredi 16 février 2018

 


Jeudi 15 février 2018


Vocabulaire et caractéristiques associées aux crues

Le terme de crue ne s’applique pas à la submersion marine.

On évoque la crue d’un cours d’eau lorsque son « niveau critique de crue »6 est atteint en un point quelconque du bief amont. Ce seuil peut être indiqué par un limnimètre fixe.

Le maximum de hauteur d’eau est la « pointe de crue », correspondant à un « débit maximum de crue ». Il est temporairement marqué par une « laisse de crue » (boue sur les murs, déchets accrochés aux branches) et est parfois enregistré ultérieurement par un « repère de crue ». Ce maximum de hauteur d’eau se déplace vers l’aval du cours d’eau avec une « onde de crue »2,7.

La décrue, est la baisse du niveau d’eau jusqu’au retour de l’écoulement dans le lit mineur du cours d’eau. Si celle-ci s’amorce très lentement (plusieurs heures au maximum de hauteur d’eau ou en grande proximité) on peut alors évoquer un « plateau de crue » plutôt qu’une pointe de crue.

En hydrologie, l’ensemble du phénomène crue-décrue peut se caractériser en un point caractéristique, (une section de contrôle ex : un pont) par un hydrogramme7,8 dont les pentes caractérisent la rapidité ou la lenteur des variations. On relie ensuite souvent la pointe de crue à une période de retour de la crue.


 

Publicités