Charentonneau

Les manifestations des associations du quartier de Charentonneau

29 janvier 1872 – William SAURIN 29 janvier 2013

1872 – William SAURIN

SAURIN William (o Saint-Mandé, 1872). Industriel.
Emmanuel, Adolphe William Seurin dit William Saurin
o 29 janvier 1872, Saint-Mandé
x 19 juillet 1898, Paris XIX à Marie Louise  Élisabeth L.

Seurin Emmanuel, Adolphe, William dit William Saurin – Ce grand industriel de la conserve alimentaire est né à Saint-Mandé le 29 janvier 1872 au 26 de la Grande-Rue. Il n’est pas inintéressant de montrer en quelques lignes ce qu’a été la destinée d’une grande marque alimentaire française dont le créateur fut, au siècle dernier, notre concitoyen. Représentant en confiserie, William épouse, en 1914, une de ses clientes Marie Léger, dont l’oncle Émile Moitrier tient un commerce d’épicerie de luxe rue de Châteaudun à Paris. Il en devient le gérant et, sous sa houlette et celle de Marie, le commerce prospère. Quand Émile Moutrier meurt en 1908, les deux époux reprennent le magasin et créent la marque William Saurin. Deux ans plus tard, William ouvre sa première usine, rue Saint-Lazare à Paris. On y fabrique toutes sortes de charcuteries fines et de pâtés frais et en conserve. C’est après la fin de la Première Guerre mondiale que naissent les trois grands classiques de la maison : cassoulet, petit salé, et bœuf bourguignon, en boîtes de conserve. En 1926, l’usine de la rue Saint-Lazare étant devenue trop petite, la fabrique de conserves est transférée dans le centre ville de Lagny (Seine-et-Marne). Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, la Société poursuit son essor, tout en gardant son caractère artisanal.

Dictionnaire des célébrités du Val-de-Marne

Publicités
 

29 janvier 1652 – Claude Le Peletier, seigneur d’Ablon

Filed under: Val-de-Marne — cgma @ 02:00
Tags:

1652 – Claude Le Peletier, seigneur d’Ablon

Claude Le Peletier, seigneur d’Ablon, de Montmélian, de Morfontaine, est un homme d’État français né à Paris en juin 1631 et mort à Paris le 10 août 1711.

D’abord conseiller au Châtelet, il fut admis, le 29 janvier 1652, comme conseiller au Parlement de Paris, où il devint, en 1662, président de la cinquième chambre des enquêtes. Il est le fils de Louis Le Peletier, secrétaire du roi en la grande chancellerie, et de Marie Leschassier, petite-fille de l’humaniste Pierre Pithou.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Claude_Le_Peletier

Son portrait par Pierre Mignard est conservé au Musée Carnavalet.

 

 
%d blogueurs aiment cette page :