Charentonneau

Les manifestations des associations du quartier de Charentonneau

Shadowland (une vidéo) 31 janvier 2013

Filed under: Détente — cgma @ 11:00
Tags:
Shadowland

Cliquez sur l’image

Publicités
 

30 janvier 1910 : Moïse 30 janvier 2013

1910 – Moïse

Du 31 janvier au 2 février 1910, le Capitaine (des pompiers), enfin soulagé, note que les eaux sont stationnaires mais que ses hommes restent mobilisés pour ravitailler les rares obstinés qui se sont refusés à évacuer leurs maisons dans les quartiers les plus inondés et édifier des passerelles pour permettre à ceux des zones relativement préservées de sortir de chez eux pour se ravitailler sans marcher dans des rues transformées en égouts. L’École vétérinaire de Maisons Alfort s’avère aussi un haut lieu de la résistance. Installé sur 10 hectares au confluent de la Seine et de la Marne, le bâtiment n’est pas submergé, mais isolé sur une presqu’île battue par les flots. Heureusement, « Véto » possède son puits et son réservoir, une usine de chauffage et une centrale électrique. L’école a ses stocks alimentaires et pourrait même, au besoin, se nourrir avec son bétail sur pied puisqu’elle dispose d’un atelier d’équarrissage. Dès le 24 janvier, le directeur a suspendu les cours et demandé aux élèves et professeurs volontaires d’organiser un centre de secours. « L’arche de Noé » abritera jusqu’à deux cent soixante réfugiés, sans compter les animaux domestiques et les têtes de bétail que les sinistrés lui confient avant de fuir vers Paris. « Véto », dotée de lignes téléphoniques de campagne installées par le génie, sert aussi de basse stratégique pour une cinquantaine d’artilleurs, leurs chevaux et prolonges, une centaine de marins avec leurs canots et des fantassins dépêchés pour monter la garde autour du camp. Au terme du siège, la communauté du château fort arrose même un heureux événement : une réfugiée accouche le 30 janvier 1910 d’un bébé… aussitôt baptisé Moïse.

Source : Paris sous les eaux ! De Choisy-Le-Roi à Asnières Chronique d’une inondation

Jean-Michel LECAT et Michel TOULET – Editions OUEST-FRANCE

Moïse ensuite se maria à Alfortville.

 

29 janvier 1872 – William SAURIN 29 janvier 2013

1872 – William SAURIN

SAURIN William (o Saint-Mandé, 1872). Industriel.
Emmanuel, Adolphe William Seurin dit William Saurin
o 29 janvier 1872, Saint-Mandé
x 19 juillet 1898, Paris XIX à Marie Louise  Élisabeth L.

Seurin Emmanuel, Adolphe, William dit William Saurin – Ce grand industriel de la conserve alimentaire est né à Saint-Mandé le 29 janvier 1872 au 26 de la Grande-Rue. Il n’est pas inintéressant de montrer en quelques lignes ce qu’a été la destinée d’une grande marque alimentaire française dont le créateur fut, au siècle dernier, notre concitoyen. Représentant en confiserie, William épouse, en 1914, une de ses clientes Marie Léger, dont l’oncle Émile Moitrier tient un commerce d’épicerie de luxe rue de Châteaudun à Paris. Il en devient le gérant et, sous sa houlette et celle de Marie, le commerce prospère. Quand Émile Moutrier meurt en 1908, les deux époux reprennent le magasin et créent la marque William Saurin. Deux ans plus tard, William ouvre sa première usine, rue Saint-Lazare à Paris. On y fabrique toutes sortes de charcuteries fines et de pâtés frais et en conserve. C’est après la fin de la Première Guerre mondiale que naissent les trois grands classiques de la maison : cassoulet, petit salé, et bœuf bourguignon, en boîtes de conserve. En 1926, l’usine de la rue Saint-Lazare étant devenue trop petite, la fabrique de conserves est transférée dans le centre ville de Lagny (Seine-et-Marne). Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, la Société poursuit son essor, tout en gardant son caractère artisanal.

Dictionnaire des célébrités du Val-de-Marne

 

29 janvier 1652 – Claude Le Peletier, seigneur d’Ablon

Filed under: Val-de-Marne — cgma @ 02:00
Tags:

1652 – Claude Le Peletier, seigneur d’Ablon

Claude Le Peletier, seigneur d’Ablon, de Montmélian, de Morfontaine, est un homme d’État français né à Paris en juin 1631 et mort à Paris le 10 août 1711.

D’abord conseiller au Châtelet, il fut admis, le 29 janvier 1652, comme conseiller au Parlement de Paris, où il devint, en 1662, président de la cinquième chambre des enquêtes. Il est le fils de Louis Le Peletier, secrétaire du roi en la grande chancellerie, et de Marie Leschassier, petite-fille de l’humaniste Pierre Pithou.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Claude_Le_Peletier

Son portrait par Pierre Mignard est conservé au Musée Carnavalet.

 

La grotte de Lascaux en 3D 27 janvier 2013

Filed under: Blogs et sites — cgma @ 09:00
Tags:

Visiter la grotte

Accueil
Environnement
Visite de la grotte
L’art pariétal
Les recherches archéologiques
Conservation et perspectives
Chronologie de l’art pariétal
Ressources

 

Où naissent les Maisonnais ?

Filed under: Détente,Val-de-Marne — cgma @ 02:00
Tags:

Où naissent les Maisonnais

MATERNITÉ DES HÔPITAUX DE SAINT-MAURICE

12-14 rue du Val d’Osne
94410 Saint Maurice

N’oubliez pas : les actes de naissance sont déclarés à l’état-civil de Saint-Maurice (Val-de-Marne), mais il existe une transcription de ces actes à l’état-civil de la commune de résidence de la famille.

 

Les Archives de Maisons-Alfort recherchent … 26 janvier 2013

Filed under: Maisons-Alfort — cgma @ 09:00
Tags:

appel AC MA

 

 
%d blogueurs aiment cette page :