Charentonneau

Les manifestations des associations du quartier de Charentonneau

14 octobre 1377 – Charles V – Charentonnel 14 octobre 2012

1377 – Charles V – Charentonnel – par CHENAL

Le 14 octobre 1377, le roi Charles V acheta de Nicolas Braque, son maître d’hôtel, « la maison qu’il avait à Charentonnel près du pont de Charenton, et ses dépendances » pour 3 200 livres d’or. Il la donna à Philippe de Mézières, chancelier de Chypre. Cette charte est datée de Beauté-sur-Marne, 1377.

Il ne semble pas que ce soit le château, mais plutôt quelque maison de plaisance dans le voisinage de la rivière, peut-être même, le château Gaillard dont il n’est pas encore question sous ce dernier nom.

Amédée Chenal Maire de Maisons-Alfort

————————————————————–

1377 – Charles V – Charentonnel – Par LEBEUF

Au siècle suivant on voit le Roi Charles V acheter de Nicolas Braque, son Maître-d’Hôtel, la Maison qu’il avoit à Charentonnel près du pont de Charenton avec les dépendances, meubles et bestiaux. Le prix fut de trois mille deux cents francs d’or. Ce Prince la donna aussitôt à Philippe de Mézieres, Chancelier de Chypre, pour ses bons services à toujours et à ses hoirs. La Charte est datée de Beauté-sur-Marne, le 14 Octobre 1377.

Il paroît par ce j’ai dit jusqu’ici, qu’il y avoit plusieurs fiefs qu’en 1456 il y en avoit eu qui du fief des Loges sis à Beaubourg en Brie. En 1458, 17 Février, Madame de Harcourt, et Jean de Lorraine, son fils, furent maintenus en possession de l’Hôtel et fief de Charentonnel.

Histoire de la ville et du Diocèse de Paris de L’abbé Lebeuf (1883)

Publicités
 

21 octobre 2012 : bal au moulin brûlé

Filed under: OMC Maisons-Alfort — cgma @ 14:00
Tags:

 

14 octobre 1928 – Ordures ménagères

1928 – Enlèvement des ordures ménagère

Pour couvrir les dépenses de ce nouveau service, le Conseil Municipal avait décidé la création d’une taxe municipale pendant l’année 1928.
Cette taxe, basée conformément à la loi, sur le revenu net des propriétés bâties et appliquée par le service des contributions directe justifiées en raison des différences choquantes constatées dans l’évaluation des immeubles.
Reconnaissant ces inégalités de traitement et la justesse formulées par les contribuables, le Conseil Municipal de la commune de Maisons-Alfort, dans sa séance du 14 octobre 1928, a décidé la suppression de cette taxe.

 

 
%d blogueurs aiment cette page :