Charentonneau

Les manifestations des associations du quartier de Charentonneau

31 août 1422 – HENRI V 31 août 2012

1422 – Henri V

HENRY V († Vincennes, 1422).  Roi d’Angleterre.

o 1387. Monmouth

x Catherine de France (1401-1438)

31 août 1422, Vincennes.

Roi d’Angleterre 1413-1422, héritier et Régent du Royaume de France, Seigneur d’Irlande.

Henri V, roi d’Angleterre, fils de Henri IV, lui succéda en 1413. Il signala le commencement de son règne par un changement heureux dans ses mœurs dissolues, et en réprimant les entreprises des partisans de Wicleff. Il profita ensuite des dissensions qui déchirèrent la France, divisée entre les deux factions d’Armagnac et de Bourgogne, pour lui déclarer la guerre, et remporta en 1415 la célèbre bataille d’Azincourt. Il conclut alors une trêve de deux ans, mais il recommença les hostilités en 1418, lorsqu’il se fut allié à la reine de France, Isabeau de Bavière, et au Duc de Bourgogne. Le traité de Troyes, signé en 1420, lui donna pour femme Catherine (de France), fille de Charles VI, avec le titre de régent du royaume et le désigna pour héritier du trône au préjudice du dauphin, (Charles VII). Il exerça en effet la régence, fit la guerre au dauphin, il se rendit maître de presque toute la France ; mais il mourut au milieu de ses succès, à l’âge de 34 ans, au château de Vincennes en 1422.

Dictionnaire Universel par Bouillet. 1855

3 – Dictionnaire des célébrités du Val-de-Marne

 

30 août 1857 – Maison impériale de Charenton 30 août 2012

Filed under: Histoire locale,Val-de-Marne — cgma @ 10:00
Tags: ,

1857 – Maison impériale de Charenton

La maison impériale de Charenton est presque contiguë à l’asile érigé sur les plans de l’architecte Laval, conformément au décret du 8 mars 1855. Il est affecté au traitement des ouvriers blessés, et contient 500 lits. Depuis l’inauguration, qui a eu lieu le 30 août 1857, l’asile a reçu annuellement en moyenne 4 à 5,000 ouvriers envoyés par l’administration des hôpitaux, par les bureaux de bienfaisance, les sociétés de secours mutuels et les grands ateliers qui ont des abonnements avec l’asile.

L’asile pour les ouvriers convalescents, enclavé dans une partie du bois de Vincennes, est un monument style Louis XIII, aux murs de briques bordés de pierres, formant cour d’honneur par des ailes en retour, et ayant de chaque côté une cour très-vaste pour les communs. Un mur à hauteur d’appui sépare ces trois cours des vastes pelouses qui servent à la promenade. Derrière les bâtiments, d’autres jardins, des taillis et des fourrés sont aussi destinés aux promenades des convalescents ; de plus, il y a des galeries couvertes pour se mettre à l’abri quand il pleut. Ce vaste établissement est entouré d’un saut-de-loup où viennent tomber les eaux ménagères.

Au bas de la maison de santé, la rue se transforme en ombreuse avenue parallèle à la Marne que tantôt on aperçoit à droite toujours verte comme une émeraude, et qui tantôt disparaît derrière des habitations charmantes.

“l’Histoire des environs du nouveau Paris” (1861), d’Émile Gigault de la Bédollière.

****************

Compléments

La Maison royale de Charenton fut fondée à l’origine par les Frères de la Charité à Charenton-Saint-Maurice (actuel Saint-Maurice), accueillait les insensés depuis le XVII° siècle.

Elle recevait également quelques pensionnaires envoyés par lettre de cachet (demandée par le roi ou plus souvent par la famille). Les prisonniers provenaient en général de milieux aisés, le prix de la pension étant assez élevée.

L’établissement connu sous le nom de Charenton a été fondé en 1641 par les frères de Saint-Jean de Dieu, et s’est appelé successivement

– Notre Dame de la Paix ou Hôpital de Notre-Dame de la Paix de la Charité de Charenton ou plus simplement Hôpital de la Charité de Charenton

– Sous l’Empire et Napoléon III : Maison Impériale de Charenton, et dans l’intervalle Maison Royale de Charenton

– Maison Nationale de Charenton à partir de 1871, puis Établissement national de bienfaisance de Saint-Maurice, et aujourd’hui Hôpital Esquirol, du nom de son médecin le plus illustre

Il est classé Monument historique depuis 1998.

Histoire des environs du nouveau Paris  (Paris 1861) – Emile Gigault de la Bédollière (1812-1883)

 

30 août 1798 – Seulement les décadis …

Filed under: Ephéméride — cgma @ 02:00
Tags: ,
La loi du 13 fructidor de l’an VI (30 août 1798) demandait que les mariages soient célébrés aux chefs-lieux des cantons seulement les decadis (Dixième jour de la décade républicaine dans le calendrier révolutionnaire) et qu’il en soit tenu des registres distincts. Cette disposition ne fut réellement appliquée qu’en l’an VII et en l’an VIII (du 22 septembre 1798 au 26 juillet 1800). Pour toute recherche de mariage dans une commune à cette époque, reportez vous aux registres de la commune faisant alors office de chef-lieu de canton.
 

29 août 1915 – Pompes funèbres 29 août 2012

1915 – Pompes funèbres

Sur un point cependant la guerre ne marque aucune rupture avec l’évolution antérieure : la marche vers le statut des personnels. Il repose d’abord sur l’harmonisation entre les communes de la Seine ainsi le 29 août 1915, le conseil approuve l’adhésion de la commune au syndicat intercommunal à créer pour l’exécution du service extérieur des Pompes Funèbres. Pour le statut des employés, le processus se développe, Si bien que dès le 15 juin 1919, la commission chargée de réorganiser les services communaux après le conflit, se soit chargée de suivre le projet de statut-type et celui de la caisse des retraites.

 

28 août 1956 – Guerre d’Algérie, Maisonnais 28 août 2012

Filed under: Histoire locale — cgma @ 02:00
Tags: ,

1956 – Guerre d’Algérie, Maisonnais

Nom JANIN

Prénoms AUGUSTE JULIEN

Date de naissance 19-04-1930

Décès 28-08-1956

Pays décès ALGÉRIE

21 – Guerre d’Algérie

Les Maisonnais décédés en Algérie, cimetière de Maisons-Alfort

 NOM  PRÉNOM  NAISSANCE  DÉCÈS
Beck Claude 1935.09.04 1957.06.14
Bongard Raymond 1935.09.13 1957.01.09
Bonnard Daniel 1939.12.20 1961.10.08
Buttet Marceau 1936.06.30 1957.05.23
Caffier Lucien
Cousin Raymond 1935.02.10 1957.06.06
Dazard Jacques 1939.05.03 1960.09.08
De Chastelain de Belleroche Henri
Draux Michel 1935.08.28 1957.01.09
Firmery Serge
Girard Roger
Groult Jean 1937.06.15 1958.12.24
Janon Auguste
Jude Guy 1938.09.15 1958.11.14
Laborde André 1935.10.28 1958.06.16
Lafon Marius 1939.01.06 1959.10.02
Lebrun Henri
Lemal Maurice
Millard Martial 1954
 

27 août 1837 – Baron LOUIS 27 août 2012

1837 – Baron LOUISLOUIS Joseph Dominique, Baron († Bry-sur-Marne, 1837). Financier.

o 1755, Toul.

27 août 1837, Bry-sur-Marne. (Val-de-Marne)

[†] Bry-sur-Marne.

Inhumé dans un enclos attenant au cimetière de Bry.

Louis (le Baron), ministre des finances, né à Toul 1755, mort en 1837, avait reçu les ordres. Il se prononça pour les idées nouvelles et assista l’évêque d’Autin en qualité de diacre à la fête de la Fédération (1790). Il émigra néanmoins et employa le temps de l’exil à étudier le système financier de l’Angleterre. Il fut chargé plusieurs fois du portefeuille des finances (1816, 1818, 1831), siégea comme député dans presque toutes les assemblées législatives depuis 1815, s’y fit remarquer par sa modération et la sagesse de ses vues, et posa les vraies bases du crédit public. C’est lui qui créa les petits grands-livres qui firent participer les départements aux avantages des placements

Dictionnaire des célébrités du Val-de-Marne

 

26 août 1914 – Boulevard GALLIENI 26 août 2012

Filed under: Histoire locale,Maisons-Alfort — cgma @ 02:00
Tags: ,

1914 –  Boulevard GALLIENI

 

Joseph Gallieni, né à Saint-Béat (Haute-Garonne) en 1849, mourut à Versailles (Yvelines) en 1916. Il servit au Niger, au Sénégal, puis au Tonkin (1893/1895), où, colonel, il eut comme collaborateur administratif le commandant Lyautey. Atteint par la limite d’âge (1913), il n’en fut pas moins nommé, le 26 août 1914, gouverneur militaire de Paris. La victoire de la Marne fut en partie son œuvre, du fait de l’intervention des troupes de Paris sur le flanc de l’armée de von Kluck (taxis de la Marne, septembre 1914). D’octobre à mars 1916, il fut ministre de la Guerre dans le cinquième cabinet Briand et renonça à sa fonction deux mois avant sa mort. En 1921, il fut élevé à titre posthume à la dignité de Maréchal de France.Voies de Maisons-Alfort

Histoire du Boulevard Galliéni

Date 1923.04.29
Début 1923
Nom Galliéni
Type boulevard
Prénom Joseph
Nom Galliéni
Quartier Vert-de-Maisons
Apparition Existe en 1923
Dénomination Délibération du 29.04.1923
Situation 1923 : parallèle à la rue Etienne Dolet
1934 (plan) : va de la Grande Rue à la voie ferrée
2010 (plan): va de la rue Jean Jaurès à la limite d’Alfortville
Existe en 2012 Existe en 2012
page 191
Célébrité ou histoire Joseph Galliéni, maréchal de France (à titre posthume en 1921) né à Saint Béat (31), mort à Paris en 1916.Gouverneur de Paris en 1914, ministre de la Guerre en 1915-1916
Militaire Maréchal
 

25 août 1944 – Artificier François 25 août 2012

1944 – Artificier FRANÇOIS

« Square de l’Artificier Henri François Décédé victime du devoir le 19 octobre 1944

L’ennemi en retraite ayant entreposé dans le Fort de Charenton 1,110 tonnes de munitions qu’un dispositif devait faire sauter,  François, au péril de sa vie procéda le 25 août 1944 au désamorçage de ce dispositif évitant ainsi à la ville de Maisons-Alfort et aux communes limitrophes, une terrible catastrophe. »

Plaque visible dans le square devant la Maison pour Tous d’Alfort.

******************************************************************************************

Deux autres plaques commémoratives avant d’arriver au Fort

“ Libération de Paris

Le 25 août 1944 à 10 heures du matin la garnison allemande du Fort de Charenton sommée de se rendre s’enfuyait plus de mille tonnes d’explosifs amorcés à l’acide devaient après cette fuite et dans un temps indéterminé exploser et détruire le fort ainsi qu’une partie de la région avoisinante l’intervention rapide et décisive du chef des cadres commandant les forces de gendarmerie l’esprit de sacrifice de l’agent principal de 1ere classe François du service des munitions réduisirent à néant ce projet criminel et sauvèrent la population d’une terrible catastrophe. ”

“ Ville de Maisons-Alfort

Hommage aux gendarmes et militaires français morts au service de la paix à Ouvéa en 1988. ”

Données du CGMA

 

24 août 1881 – Marthe CHENAL 24 août 2012

Filed under: Ephéméride,Histoire locale — cgma @ 02:00
Tags:
1881 – Louise CHENAL, dite Marthe (o Saint-Maurice, 1881). Soprano.
o 24 août 1881, Saint-Maurice.
† 28 janvier 1947, Paris VIII.
Chevalier de la Légion d’HonneurSoprano, douée d’un tempérament dramatique rare, elle débuta au cabaret, chanta à l’Opéra de Paris et aux États-Unis, s’imposa dans la grande tragédie de Gluck, Wagner, Berlioz et Saint-Saëns.

Elle fut célèbre pour avoir chanté la marseillaise sur les marches de l’Opéra de Paris le 11 novembre 1918, vêtue d’un péplum tricolore et coiffée d’un casque.

Elle fut infirmière à Deauville pendant la guerre. Chevalier de la  légion d’honneur.

Dictionnaire des célébrités du Val-de-Marne

Écouter et voir
Le Chant du Départ – Marthe Chenal – 1915 – Hommage aux Poilus …
Marthe CHENAL chante La Marseillaise ( 1919 ) – YouTube

Images correspondant à Marthe Chenal

 

23 août 1747 – Marquis d’AGUESSEAU 23 août 2012

AGUESSEAU Marquis d’, (o Fresnes, 1747). Académicien.

o 23 août 1747, Château  de Fresnes (Val-de-Marne).

† 22 janvier 1826, Paris.

########

Le marquis d’Aguesseau (Henri Cardin Jean Baptiste) est né au Château de Fresnes.

On ignore le lieu de son décès.

Petit-fils du chancelier, magistrat. Ambassadeur en Danemark, il fut nommé le 13 décembre 1787 en remplacement du marquis de Paulmy et reçu par Nicolas Beauzée le 13 mars 1788. Grimm racontait ainsi comment devrait avoir lieu cette réception : « Messieurs, dira d’Aguesseau, je suis ici pour mon grand-père. – Et moi, répondra Nicolas Beauzée, pour ma grammaire ». (Au XVIIIe siècle comme au XVIIe, grammaire se prononçait gran-maire ; de là le même calembour qui se trouve dans les Femmes savantes. D’Aguesseau fit partie de l’Académie de peinture et de sculpture. Il fut député aux Etats généraux, se cacha pendant la Convention, fut sénateur et comte de l’Empire, marquis, pair de France et commandeur du Saint-Esprit sous la Restauration.

A l’organisation de 1803, il reprit possession de son fauteuil, après avoir appuyé le projet de reconstitution de l’Académie en 1800. Il mourut doyen de l’Académie, le dernier survivant de l’ancienne Académie et le dernier du nom de d’Aguesseau.

Élu le : 13-12-1787. Reçu le : 13-03-1788 par : Nicolas Beauzée

Successeur : Charles Brifaut – XIe fauteuil

 

22 août 1944 – André DUPONT et André FAUCHÉ 22 août 2012

1944 – DUPONT et FAUCHÉ

Division 6 du cimetière de Maisons-Alfort, contre le mur longeant l’Avenue de la République

22 Août 1944

« Ici repose André Dupont, 22 ans et André Fauché, 20 ans

F.F.I. du XIVe arrondissement, corps franc de la PP

Héros et martyrs de la Libération de Paris

Ont été assassinés par les allemands.

Français Souvenez vous »

 

21 août 1914 – René MOUCHOTTE 21 août 2012

1914 – René MOUCHOTTE

MOUCHOTTE René, (o Saint-Mandé, 1914). Officier Aviateur.

o 21 août 1914, Saint-Mandé (Val-de-Marne).

† 27 août 1943, en combat aérien.

(Saint-Omer ?)

27 août 1943 Sergent en 1940, devenu Colonel, le Français Libre René Mouchotte (pilote de chasse du groupe Alsace) est abattu au-dessus de Saint-Omer.

Officier aviateur commandant un groupe de chasse dans la Royal Air Force. Ses Carnets ont été publiés en 1949-50.

LES CARNETS DE RENE MOUCHOTTE” (1940-1943)

Commandant de Groupe de chasse dans la Royal Air Force. Commandant du Groupe Alsace « Si le destin ne m’accorde qu’une courte carrière de combattant, je remercierais le ciel d’avoir pu donner ma vie à la libération de la France ». Journal de guerre d’un aviateur disparu au combat. Format : 13.5 x 21 cm, 257 pages, Poids : 284g

Dictionnaire des célébrités du Val-de-Marne

 

20 août 2004 – S.P.E.C.I.A. – Sanofi-Aventis 20 août 2012

20 août 2004création de Sanofi-Aventis. Société Anonyme de droit français, siège social  à Paris, avec une implantation à Maisons-Alfort sur l’ancien site de S.P.E.C.I.A. (rue Jean-Jaurès) rachetée par Sanofi-Aventis.http://fr.wikipedia.org/wiki/Sanofi-Aventis

 

20 août 1865 – Deuxième mairie et les écoles

1865 – Deuxième mairie

Le curé, appuyé par le maire, demandait à installer à Alfort une école de frères, et à remplacer à Maisons, par les mêmes maîtres, l’instituteur laïque ; l’une et l’autre de ces propositions furent repoussées par le conseil ; reproduites à diverses reprises, elles eurent toujours le même sort.

Le 20 août 1865, eut lieu l’inauguration officielle de la mairie et des écoles, sous la présidence de Mgr Darboy, Archevêque de Paris, et, en même temps, la distribution des prix.

Dans un discours contenant, comme toujours, d’excellentes choses, le maire, à côté de bons conseils aux enfants, faisait entrevoir les bienfaits prochains devant résulter de l’établissement d’égouts, de l’installation de l’eau et du gaz, de l’amélioration des chemins, de l’extension de l’instruction, etc. ; progrès considérés alors comme but final à atteindre et réalisés en grande partie aujourd’hui.

La première mairie, qui venait d’être désaffectée, avait duré trente années ; la seconde en dura trente et une.

D’après  Amédée Chenal Maire de Maisons-Alfort (1898)

 

19 août 1938 – Alain POHER 19 août 2012

Alain Poher (1909-1996)

Né le 17 avril 1909 à Ablon-sur-Seine (Val-de-Marne)
Marié le 19 août 1938 à Mlle Henriette Tugler (1 enfant : Marie-Agnès, veuve de Jean-Pierre Joussain)
Décédé le 9 décembre 1996

28 avril/19 juin 1969 Exerce provisoirement les fonctions de Président de la République.
2 avril/19 mai 1974 Exerce provisoirement les fonctions de Président de la République.

 

18 août 1850 – Honoré de BALZAC 18 août 2012

Filed under: Ephéméride,Val-de-Marne — cgma @ 02:00
Tags: ,

Honoré de Balzac, né Honoré Balzac, à Tours le 20 mai 1799 (1er prairial an VII) et mort à Paris le 18 août 1850, est un écrivain français. Il a été à la fois critique littéraire, essayiste, dramaturge, journaliste, imprimeur, mais on retient surtout de lui son immense production romanesque qui compte 137 romans et nouvelles parus de 1829 à 1852. Le « Colonel Chabert » se retrouve à l’hospice de Bicêtre, un personnage du « Père Goriot » rêve de s’installer à Gentilly. Dans « Les petites misères de la vie conjugale » rappellent des parties de campagne à Vincennes, Saint-Maur-des-Fossés, Charenton et Maisons-Alfort.

Terre d’écriture – 2008

 

17 août 1897 – Acte de naissance, mention du Mariage 17 août 2012

Filed under: Ephéméride — cgma @ 12:00
Tags: ,
Mariage. Mention portée en marge des actes de naissance des époux depuis le 17 août 1897 (art. 76 du Code Civil). Légitimation, en marge des actes de naissances (loi 17/08/1897). La mairie qui enregistre un mariage doit adresser aux mairies de naissance de chacun des époux un avis de mention à reporter sur l’acte de naissance. Généralement en marge.
 

17 août 1832 – Pierre DAUMESNIL

DAUMESNIL Pierre, († Vincennes, 1832). Général.

o 14 juillet 1776, Périgueux.

x  Anne Léonie Fortunée Garat

17 août 1832, Vincennes.

[†] Vincennes

Général surnommé la Jambe de bois, né à Périgueux en 1777, mort en 1832, servit d’abord comme simple soldat dans les guerres d’Italie et d’Égypte. A la suite d’une foule d’actions d’éclat, il fut nommé major de la garde en 1809 ; il eut une jambe emportée par un boulet de canon à Wagram. En 1812, il fut élevé au grade de général de brigade, et reçu de l’empereur pour retraite le gouvernement du château de Vincennes. En avril 1814, il défendit ce poste avec le plus grand courage contre les troupes alliées ; aux sommations qui lui furent faites, il répondit plaisamment : “ Je vous rendrai la place lorsque vous m’aurez rendu ma jambe ”. Il fut mis à la retraite par Louis XVIII. On s’empressa en 1830 de le rétablir dans son gouvernement. A cette époque, il s’opposa avec énergie aux exigences du peuple de Paris, qui s’était porté en foule à Vincennes et qui demandait à grands cris la tête des ministres de Charles X.

Dictionnaire Universel par Bouillet. 1855

Compléments

Général français. Il défendit Vincennes contre les alliés en 1814.

Fils de François Daumesnil, Marchand de mode et d’Anne Pietré.

Il mourut du Choléra-Morbius pendant l’épidémie de 1832.

 

 

16 août 1823 – Benjamin RASPAIL 16 août 2012

Benjamin Raspail, né le 16 août 1823 à Paris et mort le 24 septembre 1899 à Cachan (Seine actuellement Val-de-Marne), fils de François-Vincent Raspail dont il partagea l’exil belge et les idées d’extrème-gauche, fut peintre-graveur et homme politique.

 

15 août 1915 – Bateaux parisiens 15 août 2012

Filed under: Ephéméride,Histoire locale — cgma @ 02:00
Tags:
Inauguration du nouveau terminus des bateaux parisiens quai d’Alfort (Aujourd’hui quai Fernand Saguet) le 15 août 1915.
 

 
%d blogueurs aiment cette page :