Charentonneau

Les manifestations des associations du quartier de Charentonneau

303 héritiers touchent enfin leur don 29 janvier 2011

Filed under: CGMA — cgma @ 15:00
Tags:

Jeannine Vromant, décédée en 2008 à l’âge de 86 ans était fille unique, ne s’était jamais mariée et n’avait pas d’enfant. Plutôt que de léguer son patrimoine à une association, elle a souhaité faire plaisir à des personnes qu’elle avait connues. 303 au total.  

Sans vouloir préciser le montant exact de l’héritage, le notaire a expliqué ce vendredi avoir commencé cette semaine à verser des chèques, dont le montant approche des 2000 euros.

Lire l’article complet sur L’express.fr

303 héritiers touchent enfin leur don

 

De nouveaux articles sur le blog de l’APEMA

Filed under: APEMA — cgma @ 10:00
Tags:

Grand Paris Express

Grand Paris : Union sacrée

Maisons-Alfort teste ses quais

 

Expo peinture à Charenton

Filed under: Blogs et sites — cgma @ 08:00

Expo peinture : Venise & Reflets

Blog Moncharenton.com

Peintre de vocation, Sylvie Thomasson s’est très vite tournée vers la photographie. Spécialiste du reflet, cette grande voyageuse a trouvé depuis plusieurs années son point d’ancrage dans l’envoûtante et sublime Venise.

 

29 janvier 1872 – William SAURIN

SAURIN William (o Saint-Mandé, 1872). Industriel.

Emmanuel, Adolphe William Seurin dit William Saurin

 o 29 janvier 1872, Saint-Mandé

x 19 juillet 1898, Paris XIX     Marie L.

Seurin Emmanuel, Adolphe, William dit William Saurin – Ce grand industriel de la conserve alimentaire est né à Saint-Mandé le 29 janvier 1872 au 26 de la Grande-Rue. Il n’est pas inintéressant de montrer en quelques lignes ce qu’a été la destinée d’une grande marque alimentaire française dont le créateur fut, au siècle dernier, notre concitoyen. Représentant en confiserie, William épouse, en 1914, une de ses clientes Marie Léger, dont l’oncle Emile Moitrier tient un commerce d’épicerie de luxe rue de Châteaudun à Paris. Il en devient le gérant et, sous sa houlette et celle de Marie, le commerce prospère. Quand Émile Moutrier meurt en 1908, les deux époux reprennent le magasin et créent la marque William Saurin. Deux ans plus tard, William ouvre sa première usine, rue Saint-Lazare à Paris. On y fabrique toutes sortes de charcuteries fines et de pâtés frais et en conserve. C’est après la fin de la Première Guerre mondiale que naissent les trois grands classiques de la maison : cassoulet, petit salé, et bœuf bourguignon, en boîtes de conserve. En 1926, l’usine de la rue Saint-Lazare étant devenue trop petite, la fabrique de conserves est transférée dans le centre ville de Lagny (Seine-et-Marne). Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, la Société poursuit son essor, tout en gardant son caractère artisanal.

 

29 janvier 1974 – Jane CHACUN

CHACUN Jane, († Créteil, 1974). Interprète

 o 12 novembre 1890, Concarneau.

x Jules Auguste B.

29 janvier 1974, Créteil.

 Quelques mois avant de mourir, la reine incontestée de la chanson musette chantait encore dans les bistrots de Saint-Maur. Quand on a passé son existence sous la boule lumineuse des dancings parisiens on ne s’en va pas sans lever son verre à la santé des gens du peuple.

Jane Chacun aura chanté la vie comme on ne l’imagine pas dans  » les beaux quartiers » ceux qui se souviennent avoir eu 20 ans en l’écoutant ne guériront Jamais de leur jeunesse.

Dictionnaire de la Chanson Française, Pascal Sevran.

 

 
%d blogueurs aiment cette page :