Charentonneau

Les manifestations des associations du quartier de Charentonneau

« Dessus dessous » l’exposition de photos 28 décembre 2010

1876 Inondations de la plaine d'Alfort

1, 2 ou 3 photos de ce qui, pour vous, peut évoquer une idée  « dessus, dessous » .

Les photos sont à déposer avant le 14 janvier 2011,
 au format numérique ou sur papier photo, au Centre Culturel Charentonneau

Centre Culturel Charentonneau – OMC, 120 rue Roger François – 94700 Maisons-Alfort

Tel : 01 58 73 43 06 – mail : centre.culturel@orange.fr

 Cette 4e exposition collective de photos des habitants et acteurs du quartier de Charentonneau sera présentée au NECC du 2 au 12 mars 2011.

 

Jusqu’au samedi 8 janvier 2011

Filed under: Médiathèque — cgma @ 10:00
Tags:

« Le Photo Club Maisonnais se met à table »

A la Médiathèque André Malraux de Maisons-Alfort
4, rue Albert Camus – Métro : les Juilliottes
Mardi et vendredi de 14h à 19h
Mercredi de 9h30 à 18h
Jeudi de 14h à 18h
Samedi de 9h30 à 17h

 

28 décembre 1885 – Jules GREVY

Filed under: Ephéméride — cgma @ 04:00
Tags:

3e Président de la IIIe République du 31 janvier 1879 au 2 décembre 1887.
———-
Deux madatures : 30 janvier 1879 – 30 janvier 1886 et du 31 janvier 1886 – 2 décembre 1887
Élu le 30 janvier 1879. Réélu le 28 décembre 1885
Parti politique Républicain modéré (gauche)
Jules GREVY (1807-1891). Après THIERS et GAMBETTA, le troisième président de la IIIe république est un vrai républicain qui accède à la magistrature suprème le 31 janvier 1879. Ancien avocat de 71 ans, député du Jura depuis trente ans. Le 14 juillet devient avec lui la fête nationale et la “Marseillaise” l’hymne national. La liberté de la presse, de réunion, l’école primaire obligatoire, gratuite et laïque pour tous (1881-1882) sont instaurées ou restaurées, l’existence légale des syndicats reconnu et le divorce rétabli (1884). La politique coloniale se poursuit avec la conquète du Tonkin et l’installation du protectorat en Tunisie. Le développement du chemin de fer et des communications annoncent les grandes mutations économiques. Jules GREVY a un gendre Daniel WILSON, qui trafique dans les bureaux Elyséens l’attribution des rubans et des honneurs. Malgré le scandale Jules GREVY se cramponne, CLEMENCEAU se déchaîne et Jules GREVY démissionne le 2 décembre 1887.

*

 

 
%d blogueurs aiment cette page :