Charentonneau

Les manifestations des associations du quartier de Charentonneau

31 août 1893 – Lily LASKINE 31 août 2010

Filed under: Ephéméride — cgma @ 04:00
Tags:

Lily Laskine, née le 31 août 1893 à Paris et morte le 4 janvier 1988 dans cette même ville, inhumée au cimetière parisien de Saint-Ouen, est une harpiste …

    Lily Laskine – Wikipédia
    La vie de Lily Laskine – L’association des amis de Lily Laskine
    Lily Laskine : écoute gratuite, téléchargement, video-clips, bio …
    Mairie du 17e – Jardin Lily Laskine
 
    M.Moyse E.Ginot L.Laskine Debussy flute viola harp sonata rec.1927 
 
 

30 août 1857 – Maison impériale de Charenton 30 août 2010

Filed under: Val-de-Marne — cgma @ 04:01
Tags:

La maison impériale de Charenton est presque contiguë à l’asile érigé sur les plans de l’architecte Laval, conformément au décret du 8 mars 1855. Il est affecté au traitement des ouvriers blessés, et contient 500 lits. Depuis l’inauguration, qui a eu lieu le 30 août 1857, l’asile a reçu annuellement en moyenne 4 à 5,000 ouvriers envoyés par l’administration des hôpitaux, par les bureaux de bienfaisance, les sociétés de secours mutuels et les grands ateliers qui ont des abonnements avec l’asile.

L’asile pour les ouvriers convalescents, enclavé dans une partie du bois de Vincennes, est un monument style Louis XIII, aux murs de briques bordés de pierres, formant cour d’honneur par des ailes en retour, et ayant de chaque côté une cour très-vaste pour les communs. Un mur à hauteur d’appui sépare ces trois cours des vastes pelouses qui servent à la promenade. Derrière les bâtiments, d’autres jardins, des taillis et des fourrés sont aussi destinés aux promenades des convalescents ; de plus, il y a des galeries couvertes pour se mettre à l’abri quand il pleut. Ce vaste établissement est entouré d’un saut-de-loup où viennent tomber les eaux ménagères.

Au bas de la maison de santé, la rue se transforme en ombreuse avenue parallèle à la Marne que tantôt on aperçoit à droite toujours verte comme une émeraude, et qui tantôt disparaît derrière des habitations charmantes.

« l’Histoire des environs du nouveau Paris » (1861), d’Emile Gigault de la Bédollière.

****************

Compléments

La Maison royale de Charenton fut fondée à l’origine par les Frères de la Charité à Charenton-Saint-Maurice (actuel Saint-Maurice), accueillait les insensés depuis le XVII° siècle.

Elle recevait également quelques pensionnaires envoyés par lettre de cachet (demandée par le roi ou plus souvent par la famille). Les prisonniers provenaient en général de milieux aisés, le prix de la pension étant assez élevée.

L’établissement connu sous le nom de Charenton a été fondé en 1641 par les frères de Saint-Jean de Dieu, et s’est appelé successivement

– Notre Dame de la Paix ou Hôpital de Notre-Dame de la Paix de la Charité de Charenton ou plus simplement Hôpital de la Charité de Charenton

– Sous l’Empire et Napoléon III : Maison Impériale de Charenton, et dans l’intervalle Maison Royale de Charenton

– Maison Nationale de Charenton à partir de 1871, puis Etablissement national de bienfaisance de Saint-Maurice, et aujourd’hui Hôpital Esquirol, du nom de son médecin le plus illustre

Il est classé Monument historique depuis 1998.

Histoire des environs du nouveau Paris  (Paris 1861) – Emile Gigault de la Bédollière (1812-1883)

 

29 août 1871 – Paul de Kock 29 août 2010

Filed under: Ephéméride — cgma @ 04:00
Tags:

Paul de Kock, né à Passy le 21 mai 1793 et mort à Romainville le 29 août 1871, est un romancier et auteur dramatique français se plaisait à séjourner à Maisons-Alfort. En 1844 dans « Mon ami Piffard » il s’amuse à peindre un bourgeois ayant acheté une villégiature à Saint-Mandé.

Terre d’écriture – 2008

 

28 août 1942 – GERTLER Berthe, déportée 28 août 2010

1942 Enfant juif déporté

Enfant juif déporté – GERTLER Berthe 5 ans, Maisons-Alfort,  o 24-07-1937,  convoi 22 le 28-08-1942, 5 ans

Enfants juifs déportés

*

 

27 août 1837 – Décès du Baron LOUIS 27 août 2010

Filed under: Ephéméride — cgma @ 04:00
Tags: ,

1837 – Baron LOUIS

LOUIS Joseph Dominique, Baron († Bry, 1837). Financier.

o 1755, Toul.

27 août 1837, Bry-sur-Marne.

[†] Bry-sur-Marne.

Inhumé dans un enclos attenant au cimetière de Bry.

Louis (le Baron), ministre des finances, né à Toul 1755, mort en 1837, avait reçu les ordres. Il se prononça pour les idées nouvelles et assista l’évêque d’Autin en qualité de diacre à la fête de la Fédération (1790). Il émigra néanmoins et employa le temps de l’exil à étudier le système financier de l’Angleterre. Il fut chargé plusieurs fois du portefeuille des finances (1816, 1818, 1831), siégea comme député dans presque toutes les assemblées législatives depuis 1815, s’y fit remarquer par sa modération et la sagesse de ses vues, et posa les vraies bases du crédit public. C’est lui qui créa les petits grands-livres qui firent participer les départements aux avantages des placements

3 – Dictionnaire des célébrités du Val-de-Marne

*

 

Anagrammes (09) 26 août 2010

Filed under: Détente,Quartier de Charentonneau — cgma @ 04:00
Tags:

Retrouvez les mots qui sont familiers aux habitués du Centre de Charentonneau et de ce blog :

  Confiras
   
   
 

25 août 1944 – Artificier FRANCOIS 25 août 2010

Filed under: Ephéméride,Histoire locale,Maisons-Alfort — cgma @ 04:00
Tags:

1944 – Artificier FRANCOIS

 » Square de l’Artificier Henri François

Décédé victime du devoir le 19 octobre 1944

L’ennemi en retraite ayant entreposé dans le Fort de Charenton 1,110 tonnes de munitions qu’un dispositif devait faire sauter,  François, au péril de sa vie procéda le 25 août 1944 au désamorçage de ce dispositif évitant ainsi à la ville de Maisons-Alfort et aux communes limitrophes, une terrible catastrophe.  »

Plaque visible dans le square devant la Maison pour Tous d’Alfort.

***********************************************************

Deux autres plaques commémoratives avant d’arriver au Fort de Charenton :

“ Libération de Paris

Le 25 août 1944 à 10 heures du matin la garnison allemande du Fort de Charenton sommée de se rendre s’enfuyait plus de mille tonnes d’explosifs amorcés à l’acide devaient après cette fuite et dans un temps indéterminé exploser et détruire le fort ainsi qu’une partie de la région avoisinante l’intervention rapide et décisive du chef des cadres commandant les forces de gendarmerie l’esprit de sacrifice de l’agent principal de 1ere classe François du service des munitions réduisirent à néant ce projet criminel et sauvèrent la population d’une terrible catastrophe. ”

“ Ville de Maisons-Alfort

Hommage aux gendarmes et militaires français morts au service de la paix à Ouvéa en 1988. ”

Données du CGMA

 

24 août 1918 – Naissance de Lucien JEUNESSE 24 août 2010

Filed under: Ephéméride — cgma @ 04:00
Tags: ,

JEUNESSE Lucien, (o Alfortville, 1918). Animateur radio.

Lucien Jennes dit Lucien Jeunesse.

o 24 août 1918, Alfortville.

x 11 février 1964, Paris XVII  Odile L.

C’est avec l’orchestre de Ray Ventura qu’il fait ses débuts de chanteur en interprétant La mi-août dans le film Nous irons à Paris 1948. Après avoir joué les jeunes premiers aux “Folies-Bergère”,  A.B.C.”, “Gaîté-Montparnasse”, il obtient un très grand succès au music-hall avec Je vais revoir ma blonde. Mais il doit surtout sa popularité à son talent d’animateur qu’il exerce d’abord à Radio-Luxembourg en 1959, puis à France-Inter où il interroge quotidiennement depuis plus de vingt ans les candidats du Jeu des Mille francs, émission qu’il promène de ville en ville, avec toujours la même jeunesse et son désormais célèbre :

“ A demain, Si vous le voulez bien ! ”

Lucien Jeunesse a enregistré chez Decca une dizaine de 45 tours : La Saint Bonheur, Le Piano du Pauvre, Je vais revoir ma blonde.

Dictionnaire de la Chanson Française, Pascal Sevran.

Dictionnaire des célébrités du Val-de-Marne

 

23 août 1747 – Naissance du marquis d’AGUESSEAU 23 août 2010

Filed under: Ephéméride — cgma @ 04:00
Tags: ,

AGUESSEAU Marquis d’, (o Fresnes, 1747). Académicien.

o 23 août 1747, Château  de Fresnes.

† 22 janvier 1826, Paris.

Le marquis d’Aguesseau (Henri Cardin Jean Baptiste) est né au Château de Fresnes.

On ignore le lieu de son décès.

Petit-fils du chancelier, magistrat. Ambassadeur en Danemark, il fut nommé le 13 décembre 1787 en remplacement du marquis de Paulmy et reçu par Nicolas Beauzée le 13 mars 1788. Grimm racontait ainsi comment devrait avoir lieu cette réception : « Messieurs, dira d’Aguesseau, je suis ici pour mon grand-père. – Et moi, répondra Nicolas Beauzée, pour ma grammaire ». (Au XVIIIe siècle comme au XVIIe, grammaire se prononçait gran-maire ; de là le même calembour qui se trouve dans les Femmes savantes. D’Aguesseau fit partie de l’Académie de peinture et de sculpture. Il fut député aux Etats généraux, se cacha pendant la Convention, fut sénateur et comte de l’Empire, marquis, pair de France et commandeur du Saint-Esprit sous la Restauration.

A l’organisation de 1803, il reprit possession de son fauteuil, après avoir appuyé le projet de reconstitution de l’Académie en 1800. Il mourut doyen de l’Académie, le dernier survivant de l’ancienne Académie et le dernier du nom de d’Aguesseau.

Elu le : 13-12-1787. Reçu le : 13-03-1788 par : Nicolas Beauzée

Successeur : Charles Brifaut – XIe fauteuil,

     http://www.academie-francaise.fr/immortels/index.html

 

22 août 1944 – Commandant BOUCHET fusillé à Vincennes 22 août 2010

BOUCHET Commandant Louis, (†  Vincennes, 1944). Commandant FFI.

o 20 octobre 1901, Paris.

22 août 1944, Fort neuf de Vincennes

Louis Hypollite Alexandre Bouchet, Commandant FFI sous le nom d’Arthur, fut arrêté, torturé et fusillé le 22 août 1944 dans les fossés du Fort neuf de Vincennes.

Autres résistants du groupe Louis Bouchet :

Emile Goeury, né le 2 octobre 1907 à Alfortville ; fut arrêté rue Traversière à Paris.

Robert Ferrer né le 13 janvier 1905 à Saint-Gratien (Val d’Oise), résistant maisonnais comme Ulysse Benne né le 28 septembre 1890 à Livinhac-le-Haut (Aveyron), est inhumé dans le cimetière de Maisons-Alfort.

Louis Boitel.

*

Dictionnaire des célébrités du Val-de-Marne

 

21 août 1914 – Naissance de René MOUCHOTTE 21 août 2010

Filed under: Ephéméride — cgma @ 04:00
Tags: ,

MOUCHOTTE René, (o Saint-Mandé, 1914). Officier Aviateur.

o 21 août 1914, Saint-Mandé.

† 27 août 1943, en combat aérien.

 (Saint-Omer ?)

27 août 1943 Sergent en 1940, devenu Colonel, le Français Libre René Mouchotte (pilote de chasse du groupe Alsace) est abattu au-dessus de Saint-Omer.

Officier aviateur commandant un groupe de chasse dans la Royal Air Force. Ses Carnets ont été publiés en 1949-50.

  »LES CARNETS DE RENE MOUCHOTTE » (1940-1943)

Commandant de Groupe de chasse dans la Royal Air Force. Commandant du Groupe Alsace « Si le destin ne m’accorde qu’une courte carrière de combattant, je remercierais le ciel d’avoir pu donner ma vie à la libération de la France ». Journal de guerre d’un aviateur disparu au combat. Format : 13.5 x 21 cm, 257 pages, Poids : 284g

Dictionnaire des célébrités du Val-de-Marne

*

 

20 août 1792 – Quinze volontaires pour défendre la France 20 août 2010

1792 – Quinze volontaires pour défendre la France

« Ce jourd’hui, 8 septembre 1792, l’an quatrième de la Liberté et le premier de l’Egalité, nous, Maire, Officiers municipaux, Notables, et Procureur de la commune, autorisons le sieur Gouffé, trésorier de cette commune, à disposer de la somme de 754 livres 2 sols pour faire avec la quête faite dans l’étendue de cette commune, et servir à l’équipement et armement de quinze volontaires qui partent pour le service de la Patrie. Laquelle somme sera allouée audit sieur Gouffé, lorsqu’il rendra le compte de la commune.

« Ladite somme ayant été délibérée en assemblée générale des citoyens de cette commune, par laquelle il a été convenu qu’il serait fourni à chacun des volontaires la somme de 100 livres ; et ladite somme fournie, et ayant fait la somme avec le montant de la quête, ainsi qu’il a été délibéré le 20 août dernier.

« En foi de quoi avons signé, et qu’il leur a été fourni aux quinze volontaires, chacun un fusil uniforme appartenant à la commune ».

*

Amédée Chenal Maire de Maisons-Alfort

 

Le fusillé du 19 août 1944 19 août 2010

Filed under: Ephéméride — cgma @ 12:00
Tags:

La libération de Paris approche …

    Paris-brûle-t-il ?

et

    Policier résistant fusillé le 19 août 1944, il survécut.

*

 

19 août 1963 – Mariage de Pierre TRENTIN

Filed under: Ephéméride — cgma @ 04:00
Tags: ,

TRENTIN Pierre (o Créteil 1944). Cycliste.

o 15 mai 1944. Créteil

x 19 août 1963, Saint-Maur. Danielle G.

Créé en 1938. « L’U.S.CRETEIL » que de fois ce nom est apparu et apparaît encore en tête des classements de courses cyclistes. Cette pépinière de champions a porté sur la plus haute marche du podium des hommes qui ont fait le renom du cycliste Français. Le palmarès étant bien trop long à énumérer, ou les titres divers acquis dans les championnats nationaux, mondiaux ou olympiques s’additionnant , nous oblige à ne retenir que ceux qui ont marqués l’histoire de ce club :

Daniel MORELON, Pierre TRENTIN, Bernard GUYOT, Claude GUYOT, Laurent FIGNON, Greg LEMOND, Fabrice COLAS, Pascal LINO, Pascal CHANTEUR, Francis MOREAU, Gilles MAIGNAN,

Son palmarès : Débuts en 1958 à l’U.S.Créteil, plus de 150 victoires sur route dont 50 chez les cadets, champion I.D.F des cadets 1959, champion de France des débutants 1961, vainqueur de la médaille 1962, champion du monde du km et tandem 1966, champion olympique du km 1968 et recordman du monde, champion olympique en tandem 1968, 5 fois vainqueur du prix de Paris 1963 à 1965 – 1967 – 1969, champion de France vitesse 1963 – 1965, champion de France vitesse de sociétés 1965 à 1970, champion de France km 1974

*

Dictionnaire des célébrités du Val-de-Marne

*

 

Dans les Hautes-Pyrénées (06) un conseil d’aujourd’hui 18 août 2010

Filed under: Détente,Histoire locale — cgma @ 08:00
Tags: ,

Un sage conseil cauterésien

  

 

*

 

18 août 1850 – Honoré de Balzac

Filed under: Ephéméride — cgma @ 04:00
Tags: ,

Honoré de Balzac, né Honoré Balzac, à Tours le 20 mai 1799 (1er prairial an VII) et mort à Paris le 18 août 1850, est un écrivain français. Il a été à la fois critique littéraire, essayiste, dramaturge, journaliste, imprimeur, mais on retient surtout de lui son immense production romanesque qui compte 137 romans et nouvelles parus de 1829 à 1852. Le « Colonel Chabert » se retrouve à l’hospice de Bicêtre, un personnage du « Père Goriot » rêve de s’installer à Gentilly. Dans « Les petites misères de la vie conjugale » rappellent des parties de campagne à Vincennes, Saint-Maur-des-Fossés, Charenton et Maisons-Alfort.

*
Terre d’écriture – 2008

 

Dans les Hautes-Pyrénées (05) en 1926 17 août 2010

Filed under: Détente,Histoire locale — cgma @ 08:00
Tags: ,

le 21 juillet 1926 en la maison Bonnemazou

 

sise à Cauterets chemin de Cancéru est né Berryer Simon-Jacques-Eugène fils de Henri âgé de vingt cinq ans, mécanicien et de Marie Thérèse Bonnemazou âgée de vingt huit ans. Le couple est domicilié à Paris et réside à Cauterets. Simon Berryer plus connu sous le nom de Sim s’est éteint le six décembre 2009 à Fréjus dans le Var(83).

L’ascendance du comique n’est pas connue. A-t-elle était faite ?

Des naissances et un mariage Bonnemazou à Cauterets donnent comme piste de recherche la commune de Gourette.                      A suivre …

 

17 août 1833 – Vente du domaine de Charentonneau

Domaine de Charentonneau

*

A la mort du baron Rodier Salièges propriétaire du domaine de Charentonneau depuis 1808, ses héritiers, MM. Pelet de la Lozère, Ravault et Rodier, le firent vendre sur licitation. M. Grimoult en acquit la plus grande partie, notamment celle close, le 17 août 1833 ; il a appartenu depuis à ses descendants, la famille Jouët-Pastré.

 

16 août 1951 – Décès de Louis JOUVET 16 août 2010

Filed under: Ephéméride — cgma @ 17:00
Tags: ,

Louis Jouvet est un acteur français, metteur en scène et directeur de théâtre, professeur au Conservatoire national supérieur d’art dramatique, né le 24 décembre 1887 à Crozon (Finistère), mort le 16 août 1951 à Paris.

Bizarre !

   Drôle de Drame 1937 Michel Simon Louis Jouvet

 

 

Dans les Hautes-Pyrénées (04) en 1827

Filed under: Détente,Histoire locale — cgma @ 08:00
Tags: ,

Chateaubriand et l’Occitanienne à Cauterets.

 

En 1827 Léontine de Villeneuve de noblesse toulousaine établit une correspondance avec Chateaubriand

La rencontre entre l’écrivain et la « belle Occitanienne », lui âgé de soixante quatre ans et elle de vingt-quatre ans, eût lieu à l’occasion de leur cure en juillet 1829. Plus tard Chateaubriand évoquera romantiquement cette rencontre dans « Mémoires d’outre tombe ».

Léontine, en novembre 1929 devient comtesse de Castelbajac. Sa petite fille la comtesse de Saint-Roman retrace le récit de la rencontre dans « Roman de l’Occitanienne et de Chateaubriand » publié en 1925.

Un film « L’Occitanienne, le dernier amour de Chateaubriand » réalisé par Jean Périssé en 2008 relate cette brève idylle.

Une plaque, au texte très succinct, est posée sur la façade de la pension Dulau, ex pension Camus, 7 rue de la Raillère : « Chateaubriand est descendu dans cette maison en juillet 1829 ».

*

 

 
%d blogueurs aiment cette page :