Charentonneau

Les manifestations des associations du quartier de Charentonneau

31 août 1893 – Lily LASKINE 31 août 2010

Filed under: Ephéméride — cgma @ 04:00
Tags:

Lily Laskine, née le 31 août 1893 à Paris et morte le 4 janvier 1988 dans cette même ville, inhumée au cimetière parisien de Saint-Ouen, est une harpiste …

    Lily Laskine – Wikipédia
    La vie de Lily Laskine – L’association des amis de Lily Laskine
    Lily Laskine : écoute gratuite, téléchargement, video-clips, bio …
    Mairie du 17e – Jardin Lily Laskine
 
    M.Moyse E.Ginot L.Laskine Debussy flute viola harp sonata rec.1927 
 
Publicités
 

30 août 1857 – Maison impériale de Charenton 30 août 2010

Filed under: Val-de-Marne — cgma @ 04:01
Tags:

La maison impériale de Charenton est presque contiguë à l’asile érigé sur les plans de l’architecte Laval, conformément au décret du 8 mars 1855. Il est affecté au traitement des ouvriers blessés, et contient 500 lits. Depuis l’inauguration, qui a eu lieu le 30 août 1857, l’asile a reçu annuellement en moyenne 4 à 5,000 ouvriers envoyés par l’administration des hôpitaux, par les bureaux de bienfaisance, les sociétés de secours mutuels et les grands ateliers qui ont des abonnements avec l’asile.

L’asile pour les ouvriers convalescents, enclavé dans une partie du bois de Vincennes, est un monument style Louis XIII, aux murs de briques bordés de pierres, formant cour d’honneur par des ailes en retour, et ayant de chaque côté une cour très-vaste pour les communs. Un mur à hauteur d’appui sépare ces trois cours des vastes pelouses qui servent à la promenade. Derrière les bâtiments, d’autres jardins, des taillis et des fourrés sont aussi destinés aux promenades des convalescents ; de plus, il y a des galeries couvertes pour se mettre à l’abri quand il pleut. Ce vaste établissement est entouré d’un saut-de-loup où viennent tomber les eaux ménagères.

Au bas de la maison de santé, la rue se transforme en ombreuse avenue parallèle à la Marne que tantôt on aperçoit à droite toujours verte comme une émeraude, et qui tantôt disparaît derrière des habitations charmantes.

« l’Histoire des environs du nouveau Paris » (1861), d’Emile Gigault de la Bédollière.

****************

Compléments

La Maison royale de Charenton fut fondée à l’origine par les Frères de la Charité à Charenton-Saint-Maurice (actuel Saint-Maurice), accueillait les insensés depuis le XVII° siècle.

Elle recevait également quelques pensionnaires envoyés par lettre de cachet (demandée par le roi ou plus souvent par la famille). Les prisonniers provenaient en général de milieux aisés, le prix de la pension étant assez élevée.

L’établissement connu sous le nom de Charenton a été fondé en 1641 par les frères de Saint-Jean de Dieu, et s’est appelé successivement

– Notre Dame de la Paix ou Hôpital de Notre-Dame de la Paix de la Charité de Charenton ou plus simplement Hôpital de la Charité de Charenton

– Sous l’Empire et Napoléon III : Maison Impériale de Charenton, et dans l’intervalle Maison Royale de Charenton

– Maison Nationale de Charenton à partir de 1871, puis Etablissement national de bienfaisance de Saint-Maurice, et aujourd’hui Hôpital Esquirol, du nom de son médecin le plus illustre

Il est classé Monument historique depuis 1998.

Histoire des environs du nouveau Paris  (Paris 1861) – Emile Gigault de la Bédollière (1812-1883)

 

29 août 1871 – Paul de Kock 29 août 2010

Filed under: Ephéméride — cgma @ 04:00
Tags:

Paul de Kock, né à Passy le 21 mai 1793 et mort à Romainville le 29 août 1871, est un romancier et auteur dramatique français se plaisait à séjourner à Maisons-Alfort. En 1844 dans « Mon ami Piffard » il s’amuse à peindre un bourgeois ayant acheté une villégiature à Saint-Mandé.

Terre d’écriture – 2008

 

28 août 1942 – GERTLER Berthe, déportée 28 août 2010

1942 Enfant juif déporté

Enfant juif déporté – GERTLER Berthe 5 ans, Maisons-Alfort,  o 24-07-1937,  convoi 22 le 28-08-1942, 5 ans

Enfants juifs déportés

*

 

27 août 1837 – Décès du Baron LOUIS 27 août 2010

Filed under: Ephéméride — cgma @ 04:00
Tags: ,

1837 – Baron LOUIS

LOUIS Joseph Dominique, Baron († Bry, 1837). Financier.

o 1755, Toul.

27 août 1837, Bry-sur-Marne.

[†] Bry-sur-Marne.

Inhumé dans un enclos attenant au cimetière de Bry.

Louis (le Baron), ministre des finances, né à Toul 1755, mort en 1837, avait reçu les ordres. Il se prononça pour les idées nouvelles et assista l’évêque d’Autin en qualité de diacre à la fête de la Fédération (1790). Il émigra néanmoins et employa le temps de l’exil à étudier le système financier de l’Angleterre. Il fut chargé plusieurs fois du portefeuille des finances (1816, 1818, 1831), siégea comme député dans presque toutes les assemblées législatives depuis 1815, s’y fit remarquer par sa modération et la sagesse de ses vues, et posa les vraies bases du crédit public. C’est lui qui créa les petits grands-livres qui firent participer les départements aux avantages des placements

3 – Dictionnaire des célébrités du Val-de-Marne

*

 

Anagrammes (09) 26 août 2010

Filed under: Détente,Quartier de Charentonneau — cgma @ 04:00
Tags:

Retrouvez les mots qui sont familiers aux habitués du Centre de Charentonneau et de ce blog :

  Confiras
   
   
 

25 août 1944 – Artificier FRANCOIS 25 août 2010

Filed under: Ephéméride,Histoire locale,Maisons-Alfort — cgma @ 04:00
Tags:

1944 – Artificier FRANCOIS

 » Square de l’Artificier Henri François

Décédé victime du devoir le 19 octobre 1944

L’ennemi en retraite ayant entreposé dans le Fort de Charenton 1,110 tonnes de munitions qu’un dispositif devait faire sauter,  François, au péril de sa vie procéda le 25 août 1944 au désamorçage de ce dispositif évitant ainsi à la ville de Maisons-Alfort et aux communes limitrophes, une terrible catastrophe.  »

Plaque visible dans le square devant la Maison pour Tous d’Alfort.

***********************************************************

Deux autres plaques commémoratives avant d’arriver au Fort de Charenton :

“ Libération de Paris

Le 25 août 1944 à 10 heures du matin la garnison allemande du Fort de Charenton sommée de se rendre s’enfuyait plus de mille tonnes d’explosifs amorcés à l’acide devaient après cette fuite et dans un temps indéterminé exploser et détruire le fort ainsi qu’une partie de la région avoisinante l’intervention rapide et décisive du chef des cadres commandant les forces de gendarmerie l’esprit de sacrifice de l’agent principal de 1ere classe François du service des munitions réduisirent à néant ce projet criminel et sauvèrent la population d’une terrible catastrophe. ”

“ Ville de Maisons-Alfort

Hommage aux gendarmes et militaires français morts au service de la paix à Ouvéa en 1988. ”

Données du CGMA

 

 
%d blogueurs aiment cette page :